Blogue de ERMS

Les catastrophes naturelles soulignent la nécessité d’une solution de notification d’urgence de masse

par ERMS Corporation le 15 mai 2017 14:03:15 EDT

Au printemps 2017, des inondations ont causé la dévastation au Canada. Dans certaines région, les niveaux d’eau ont battu des records et les dommages sont très sérieux . Des communautés en Colombie-Britannique, dans la vallée d’Ottawa en Ontario et plus de 170 municipalités au Québec étaient en alerte alors que la pluie s’est abattue pendant des jours. Des milliers de personnes ont été évacuées et la liste des routes fermées était très longue. Le mot-clic tendance #inondations2017Quebec nous renvoie des images et des commentaires bouleversants.

On a déclaré l’état d’urgence dans des dizaines de villes et on prévoit que des scénarios comme celui-ci se reproduiront plus fréquemment et la destruction empirera d’année en année. Comme nous l’avons mentionné dans un article précédent au sujet de l’impact des phénomènes météos extrêmes sur la continuité des activités, l’intensité des pluies continue d’augmenter dans certaines régions du globe, causant des crues des eaux de plus en plus graves.

Inondations à Rigaud_mai 2017

Ce n’est pas la première fois que les résidents de ces communautés, y compris Kelowna, Ottawa, Gatineau et Montréal, vivent des inondations, mais cette fois-ci, c’est différent. C’est ce que Tony Bolduc, qui possède un terrain de camping à Rigaud, une ville à l’ouest de Montréal, sur la rivière des Outaouais, explique : « À chaque printemps, notre terrain se trouve sous trois ou quatre pieds d’eau, alors on est habitué. Mais cette année, il y a 12 pieds d’eau sur le terrain. Nous ne pourrons probablement y retourner avant la St-Jean ». D’habitude, sa saison commence la longue fin de semaine de mai. Mais comme l’a indiqué M. Bolduc, sa situation est pourtant moins pire que bien d’autres, y compris des habitants en ville, qui ont presque tout perdu.

Les services d’urgence, les intervenants, les forces armées, la Croix-Rouge et autres organismes bénévoles ont rapidement prêté main forte aux citoyens. Ils ont rempli des dizaines de milliers de sacs de sable, creusé des fossés et déménagé des biens personnels pendant des jours. On prévoit d’ailleurs que leur soutien sera nécessaire pendant longtemps. Dans ces situations, la coordination des communications d’urgence est essentielle.  La technologie en matière de notification d’urgence de masse simplifie et accélère la tâche ardue de mobiliser les individus et de communiquer régulièrement de nombreuses mises à jour sur l’évolution de la situation, des nouvelles nécessaires aux bénévoles, employés et citoyens.

Évidemment, ces systèmes de communication de masse n’empêchent pas l’eau de monter. Toutefois, ils sont de plus en plus employés par les municipalités, organismes et entreprises pour informer efficacement les gens d’une menace ou d’une catastrophe imminente. La capacité de lancer une campagne de notification en sélectionnant les individus directement à partir d’une carte géographique de haut calibre est un outil précieux. Le personnel des mesures d’urgence peut ainsi expédier des messages très ciblés aux gens qui sont à l’intérieur d’un périmètre donné, tout en évitant d’alarmer ceux qui n’y sont pas. Cette méthode sélective aide à exécuter des évacuations qui se déroulent dans le calme, et aussi à diffuser des renseignements sur les fermetures de routes et d’installations.

La capacité d'expédier des messages, de façon semi-automatisée, libère les premiers intervenants envers le porte à porte pour informer les individus d’une évacuation, ce qui épargne énormément de temps et de ressources. Un système de notification d’urgence permet la communication bidirectionnelle et la possibilité de répondre à des questions spécifiques. Par exemple, un avis d’évacuation pourrait permettre aux destinataires de d’indiquer s’ils ont l’intention (1) d’évacuer immédiatement, (2) d’évacuer dans un autre délai donné ou (3) de ne pas évacuer. En réponse à ce dernier énoncé, on peut demander à ces gens de téléphoner les autorités, de demander d’être contacté ou de recevoir une visite des intervenants.

Un système de notification d’urgence de mass robuste facilite la mise à jour de l’état de la situation tant pour le public que pour des équipes ou groupes spécifiques pour soutenir les efforts de secours et de rétablissement. Les individus peuvent récupérer des avis par téléphone, ordinateur et même depuis une appli mobile dédiée. Quand les gens peuvent récupérer eux-mêmes certains messages cela diminue la pression exercée sur les équipes de communications de crise. Ces mises à jour peuvent servir à donner des directives spéciales, des avis de retour au domicile, à informer de changements dans les niveaux d’eau ou du progrès des équipes d’urgence.

De plus en plus, on se fie aux médias sociaux pour recevoir des nouvelles importantes. La capacité d’un système de notification d’urgence d'expédier des messages en masse et à publier simultanément sur Facebook et Twitter, par exemple, assistent les professionnels en intervention à diffuser des nouvelles à un public plus étendu, quand c’est nécessaire, les libérant pour qu’ils puissent continuer à gérer la crise et à se préparer pour la nouvelle vague de communications.

Maintenant que le pire semble être passé,  les efforts vont se concentrer sur la reprise et le retour à la normale. Si vous souhaitez apporter votre soutien aux communautés et aux familles touchées, vous pouvez le faire par l’entremise de la Croix-Rouge canadienne. L’organise accepte des dons pour les sinistrés au Québec et en Ontario. Leur travail et celui de tous les autres intervenants est véritablement héroïque.

Mots-clés: les systèmes de notification d'urgence, communication de masse, notification d'urgence de masse, communication d'urgence, catastrophe naturelle, communications de masse, catastrophes naturelles, inondations

Les phénomènes météos extrêmes et leur impact sur la continuité des activités

par ERMS Corporation le 13 avril 2017 12:51:39 EDT

Phénomènes météos extrêmes

Depuis le siècle dernier, nous avons été témoins d’une croissance, non seulement du nombre de catastrophes naturelles dans le monde, mais de la valeur des dommages qu’elles causent. Qu’il s’agisse de l’activité humaine et d’un changement climatique ou d’une variation normale de l’évolution de la planète est encore un point assez débattu. Quoi qu’il en soit, les organisations doivent faire face aux conséquences qu’ont ces incidents sur les activités quotidiennes et, plus important encore, sur la sécurité de leurs employés.

La fréquence de tempêtes tropicales et d’ouragans est à la hausse. D’ailleurs, le Geophysical Fluid Dynamics Laboratory (GFDL), un programme de recherche de la National Oceanic and Atmospheric Administration des État-Unis, prévoit que : « Vers la fin du 21e siècle, le réchauffement anthropique sera la cause problable de cyclones tropicaux d’une intensité accrue de 2 à 11 % à l’échelle mondiale. » D’ajouter le GFDL : «… ce changement implique un pourcentage encore plus élevé du facteur de destruction par tempête, tout en ne présumant aucune diminution de leur ampleur. »

Quant aux tempêtes hivernales, leur intensité a aussi augmenté. Bien que l’accumulation de neige moyenne ait diminué au Canada et aux États-Unis depuis les cinquante dernières années, la force des tempêtes s’est accrue, si bien qu’on leur attribue maintenant des noms pour les distinguer. Par exemple, la Tempête Jonas en janvier 2016, sur la côte est des États-Unis, a battu tous les records en terme du volume de neige jamais reçu durant une tempête, où des villes et régions avoisinantes furent littéralement paralysées. Les situations météorologiques instables et les évènements météos extrêmes sont de plus en plus problématiques dans le cadre de la continuité des activités.

Toutefois, ce ne sont pas que les tempêtes tropicales ni hivernales, limitées à une saison ou à des régions précises, qui causent des inquiétudes. De plus en plus, les pluies ont des effets dévastateurs sur l’environnement urbain et l’activité humaine. Selon M. Petteri Taalas, secrétaire-général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de L’ONU, la quantité de pluie, ainsi que l’intensité des averses a augmenté au fil des années. De dire M. Taalas : « …quand il pleut, il pleut beaucoup plus » et ceci cause « des problèmes pour les humains et aussi pour l’économie ».

Les effets cumulés des précipitations abondantes peuvent devenir catastrophiques, causant des inondations dans les centres urbains. Mais les pluies torrentielles sont aussi à la source des cratères ou affaissements de la chaussée, comme cela s’est produit au Québec, il y a quelques années, ou encore des glissements de terrain, tel que celui qui a coûté la vie à plus de 250 personnes et délogé une multitude de familles en Colombie.

Si ces tendances climatiques persistent, ce que d’ailleurs confirment de nombreuses recherches, les organisations devront tenir compte des évènements météos dans leurs plans de continuité. Cela signifie qu’une attention particulière devra être portée sur les communications d’urgence aux employés, fournisseurs, sous-traitants et autres acteurs pertinents, dans le but de réagir rapidement face aux situations et soutenir les efforts de retour à la normale.

Dans les situations d’urgence ou les crises, un système semi-automatisé de notification constitue une méthode bien supérieure aux chaînes téléphoniques traditionnelles et même au courriel car la plupart de ces services imposent une limite de destinataires par message. Par contre, un système de notification d’urgence de masse offre aux entreprises la capacité de se préparer contre les imprévus et de communiquer rapidement avec un grand nombre d’individus par toutes modalités ou appareils. Ces systèmes permettent de s’adapter à toutes sortes d’incidents ce qui aide à réduire les dommages, les risques de blessures graves et même, à sauver des vies.

À mesure que nous continuons à vivre des anomalies climatiques, les entreprises et autres organisations doivent élaborer des plans de communication précisément liés aux conséquences de ces phénomènes. Ces plans devraient inclure la capacité à bien se préparer à l’avance au moyen d’un système de notification d’urgence de masse qui saura rapidement rejoindre toutes les personnes concernées pour assurer leur sûreté et éviter des interruptions prolongées des activités.

Mots-clés: les systèmes de notification d'urgence, communication de masse, phénomènes climatiques, continuité des activités

Les quatre clés des communications d’urgence

par ERMS Corporation le 15 juin 2016 00:00:00 EDT

Les systèmes de notification d’urgence aident les équipes de communication à gérer les crises de relations publiques de façon proactive

Les médias sociaux nous ont véritablement aiguisé l’appétit en ce qui concerne obtenir des informations en temps réel. Ainsi, lorsqu’un incident se produit il est essentiel que les entreprises et autres organismes réagissent rapidement. Cision Canada a récemment publié un blogue (en anglais) qui discute des quatre clés des communications d’urgence.

Ceci comprend :

  1. Présenter une réponse immédiate
  2. Maintenir l'uniformité du message
  3. Avoir un dirigeant ou une dirigeante sur les lieux
  4. Les actes sont plus éloquents que les mots

Les systèmes de notification en cas d’urgence (SNCU) favorisent l’exécution de ces quatre éléments :

Présenter une réponse immédiate

Lorsqu’une crise se déclare, les SNCU peuvent diffuser très rapidement différents messages aux dirigeants, aux équipes de la continuité des activités ou de la reprise après sinistre, aux employés et au grand public par l’entremise des médias sociaux. Les SNCU permettent d’expédier des messages bien ciblés, selon les besoins ou le rôle de chacun.

Les équipes de communication ont la possibilité de préparer des gabarits de messages au préalable, puis de les modifier au besoin le moment venu de les expédier. En outre, ils peuvent lancer des notifications rédigées sur le champ en quelques minutes, partout au monde, pourvu que l’on ait un téléphone ou autre appareil connecté aux réseaux.

Maintenir l’uniformité du message

Les SNCU permettent à vos équipes de communication de collaborer aux messages et à planifier les mises-à-jour sur la l’évolution de la situation. Les SNCU peuvent être employés pour mettre en œuvre l’équipe d’intervention et les transférer vers un pont de conférence téléphonique pour assurer un message uniforme pour tous et éviter les malentendus. De plus, des informations supplémentaires peuvent être récupérées par les destinataires, quand cela leur convient, depuis leur périphérique mobile.

Avoir un dirigeant ou une dirigeante sur les lieux

Votre équipe de communications d’urgence peut comprendre un membre de l’équipe de direction qui demeure sur place. Cette personne participe aux conférences téléphoniques pour se tenir au courant de la situation et ensuite relayer tous ces renseignements aux collègues pertinents en leur expédiant des messages selon leur appareil ou leur langue de préférence ou, encore, par l’entremise d’un babillard électronique privé.

Les actes sont plus éloquents que les mots

Communiquez rapidement à vos destinataires les étapes que l’organisation planifie de prendre face à l’incident et publier sur Twitter et Facebook depuis votre SNCU.

Mots-clés: les systèmes de notification d'urgence, communication d'urgence, continuité des activités